petitBonhommeLa communauté de communes du Centre Mauges (Maine-et-Loire) a profité de la modification de ses statuts en 2006 pour investir le champ culturel, afin de favoriser l’accès à la culture, en commençant par le développement de la lecture. Pour ce faire, et en réponse à une demande récurrente, elle a donné les moyens aux bibliothèques existantes de se mettre en réseau. Depuis quelques semaines, le prêt entre bibliothèques est ici devenu réalité…
La culture est rarement une priorité des politiques locales. Elle s’affirme au gré du temps… Les élus de la communauté des onze communes du Centre Mauges ont passé ce cap en 2006, à l’occasion d’une refonte des statuts de la communauté (créée en 1994, en transformation d’un SIVOM). « Favoriser l’accès à la culture » figure désormais parmi les quatre axes du projet de territoire. Parmi les actions lancées, la mise en réseau des bibliothèques du Centre Mauges, depuis l’été 2007. « Cela répondait à une demande aussi bien des professionnels que des bénévoles (nombreux à faire vivre ces bibliothèques, municipales ou associatives), pour à la fois davantage travailler ensemble et, surtout pour les petites structures, bénéficier d’un accompagnement pour dynamiser leurs structures », explique Mélanie Cesbron-Usureau, chargée de mission culture, enfance et jeunesse. Ce réseau repose sur deux axes : un fonds partagé (grâce à l’informatisation des ouvrages) et la création d’un poste de coordinatrice, pris en charge par la communauté.
(suite…)

storeIsOpen

Livres numériques : Flammarion rejoint Gallimard et La Martinière
Après Hachette qui avait créé Numilog, plate-forme de livres numériques, Flammarion, Gallimard et  La Martinière lanceront ensemble en septembre Eden-Livres dont la création avait été annoncée en mars, à l’occasion du Salon du livre de Paris. Eden-Livres commencera son activité de distribution en septembre 2009 avec la mise en place d’un entrepôt numérique commun et assurant la mise à disposition des fichiers au lecteur final.

Numilog : nouvelles signatures avec des libraires
Trois des plus grandes librairies indépendantes françaises, ainsi qu’une librairie belge et une librairie québecoise, ont signé des accords avec Numilog dans le cadre de la mise en place de leurs offres de livres numériques sur leurs sites marchands.
Numilog, leader français du livre numérique, annonce avoir signé des accords avec la librairie Dialogue (Brest), la librairie Gibert Jeune (Paris), la librairie Mollat (Bordeaux) ainsi que la librairie D Livre en Belgique et le groupe Archambault, filiale du groupe Québecor (Canada). Ces accords portent d’une part sur la mise à disposition du catalogue de livres numériques de Numilog, d’autre part, pour certains d’entre eux, sur la prise en charge complète de la commercialisation de livres numériques sur des sites marchands aux couleurs de ces librairies. Ainsi, ces cinq librairies puiseront dans le catalogue de livres numériques de Numilog (40 000 références à ce jour provenant de plus de 150 éditeurs) pour proposer et mettre en avant des sélections de titres adaptées à leur clientèle, à leur identité, et correspondant à leurs choix de libraire. Numilog assurera dans tous les cas la distribution des livres numériques vers le client à partir des commandes passées sur le site de ces librairies.
Ces cinq contrats représentent une nouvelle étape pour Numilog et montre que son expérience et son savoir-faire dans le livre numérique lui permettent d’être une interface opérationnelle entre les éditeurs et les libraires qui veulent prendre position sur le marché des livres numériques.
Fondée en mars 2000, Numilog, filiale de Hachette Livre depuis 2008, est le premier agrégateur de livres numériques francophones et la principale plate-forme de diffusion-distribution de livres numériques (« ebooks ») multi-formats en France. Assurant l’interface entre les éditeurs et les libraires Numilog intervient  à toutes les étapes de la commercialisation des livres numériques.

Ave!Comics lance sa boutique de BD
On l’attendait depuis longtemps, elle arrive enfin, la boutique en ligne de Ave!Comics ! En ligne depuis le 1er juillet, vous pouvez y acheter des bandes dessinées pour un prix qui va de 0,79€ à 4,99€. Vous pouvez acheter vos BD depuis le site et elles seront automatiquement accessibles sur l’une des applications de Aquafadas, Ave!Comics Lite ou MyComics.
Le catalogue est conséquent et on trouve quelques grands classiques de la BD comme L’Incal et bientôt El Niño ou encore Megalex. Sinon, en attendant, on trouve plusieurs BD gratuits à lire depuis son mobile ou bien sur l’écran de son Mac ou PC.

pessac1Les bibliothèques de Pessac offrent la possibilité de feuilleter en ligne ou de télécharger 93 livres, majoritairement des usuels, que constitue aujourd’hui leur catalogue numérique.
Consulter directement en ligne des extraits d’ouvrages ne nécessite pas de téléchargement. Ce service est en accès libre et gratuit pour tous.
Si vous êtes abonné vous allez pouvoir feuilleter sur votre écran d’ordinateur ou de PDA l’ensemble des documents du catalogue et également pouvoir emprunter (en téléchargeant) 2 ouvrages pour une durée pouvant aller jusqu’à 21 jours. Passée cette période le livre devient inaccessible sur votre ordinateur ou PDA et disponible pour un autre abonné.
(Les 2 livres numériques s’ajoutent à votre quota de prêts habituel)
Important : Pour bénéficier du service, en plus de votre inscription dans les bibliothèques de Pessac vous devez remplir ce formulaire d’inscription.

D’autres services sont proposés par la bibliothèque numérique de Pessac et notamment la possibilité d’écoute musicale :
– Écouter en ligne 350 000 titres de musique classique et aussi de jazz, blues, world, folk…
– Toute l’offre de la Cité de la Musique en version intégrale: des concerts, des films, des conférences… à écouter et regarder dans l’ Espace Musique à la Médiathèque de Camponac.

Découvrir la bibliothèque numérique de Pessac :

digital_library_160Une bibliothèque numérique (ou en ligne ou électronique) est un ensemble d’écrits numérisés et accessibles à distance (en particulier via Internet). Plutôt que de supports, il est dans ce cas préférable de parler de formats, de compression, d’encodage (pour la vidéo et le son) ainsi que de type de numérisation (mode texte ou mode image). Ce nouveau mode de diffusion et de conservation présente de nombreux avantages en termes de durée et de qualité de conservation, de communication… mais aussi un termes de création avec des ouvrages uniquement pensés en numérique.
Les documents sont à lire sur ordinateur mais aussi sur des liseuses ou des téléphones portables.

Pour se faire une idée plus précise voici quelques liens de bibliothèques numériques à visiter sans modération :

Bibliothèque de La Roche sur Yon

Bibliothèque mondiale de l’Unesco

Bibliothèque européenne : Européana

Bibliothèque de la BNF : Gallica

et un exemple de se que l’on peut faire (modestement) de chez soi : Bibliothèque d’Afriques : opoto

baBabelthèque permet aux bibliothèques d’enrichir leurs OPAC et leurs sites Internet en important le contenu produit par les membres de la communauté de lecteurs Babelio.com : critiques, citations, nuages d’étiquettes etc..
Babelthèque permet également aux usagers de la bibliothèque de saisir des critiques et citations dans l’OPAC, qui sont partagées avec l’ensemble des bibliothèques partenaires.
Babelthèque est implanté dans l’OPAC de la Bibliothèque de Toulouse, pourquoi pas dans le vôtre ?

Découvrez Bablethèque

Voir la bibliothèque du Pays Marennes Oléron sur Babélio

2009Une réforme de l’administration territoriale de la République française est envisagée.
Un comité pour la réforme des collectivités territoriales, présidé par Édouard Balladur, doit remettre ses conclusions en mars prochain.
Ces travaux ont été précédées de deux rapports parlementaires :
– l’un du sénateur Alain Lambert de décembre 2007
– l’autre du député Jean-Luc Warsmann d’octobre 2008
On a beaucoup parlé de l’éventuelle disparition des départements, mais bien d’autres hypothèses envisagées sont également importantes, comme l’attribution d’une clause de compétence générale aux intercommunalités plutôt qu’aux communes, la réduction des financements croisés et la spécialisation de chaque niveau de collectivité territoriale par attribution de compétences exclusives.
Il est certain que cette réforme annoncée ne sera pas conçu à partir du cas des bibliothèques. Mais il est tout aussi certain que les bibliothèques, en particulier de lecture publique, seront concernées par la mise en oeuvre de la réforme et que leur environnemental institutionnel est susceptible d¹être modifié.
Sachez par exemple que le rapport Warsmann propose, dans la logique de la spécialisation des compétences, le transfert aux départements de toutes les bibliothèques municipales et intercommunales. Solution qui me paraît à la fois très peu probable et pas du tout souhaitable.

Pour suivre le dossier :
Rapport Lambert :
Rapport Warsmann :
Site du comité pour la réforme des collectivités territoriales présidé par Edouard Balladur :
Dossier en ligne du Courrier des maires :
Dossier en ligne de la Gazette des communes, des départements et des régions :

Dominique Lahary, directeur de la Bibliothèque Départementale du Val d’Oise, à pour sa part écrit ces billets sur son blog :
L’Etat stratège et les autres : Faut-il avoir la peau des départements ?
Les bibliothèques et le mille-feuilles territorial, 1 : Lecture publique à tous les étages
Les bibliothèques et le mille-feuilles territorial, 2 : Départementaliser les bibliothèques municipales ?
Les bibliothèques et le mille-feuilles territorial, 3 : Tout à l’intercommunalité et à la région ?

intercoL’intercommunalité culturelle française est en marche, mais son pas est hésitant et sa direction incertaine. Les doutes qui la concernent ne sont pas, cependant, propres à la culture. Ils sont à bien des égards inséparables d’un mouvement intercommunal largement inachevé, même si aujourd’hui près de 92% des communes font partie d’une intercommunalité. Désormais, que ce soit en matière d’aménagement du territoire et d’environnement, de circulation, d’économie, d’urbanisme… ou encore de culture, la réflexion des pouvoirs publics accorde une place croissante à l’échelle intercommunale.
Ce constat se retrouve dans le caractère massif de l’intervention des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) dans le domaine culturel : l’étude présentée dans cet ouvrage révèle que 8 EPCI sur 10 interviennent d’une façon ou d’une autre dans ce secteur. Ce chiffre recouvre néanmoins une très grande disparité de situations. Qu’est-ce donc que l’intercommunalité culturelle ? Quels sont les actions mises en oeuvre, les personnels mobilisés, les budgets engagés ? Peut-on véritablement parler de politiques culturelles intercommunales ? Quels rôles jouent les élus et les professionnels du secteur culturel ? Comment ces interventions s’articulent-elles avec celles des autres collectivités ?
Autant de questions abordées dans cet ouvrage qui situe la réflexion sur l’intercommunalité culturelle dans une perspective de rénovation des politiques publiques.
Initié par l’Observatoire des politiques culturelles et porté par un partenariat inédit entre les acteurs de ce secteur (ministère de la Culture et de la Communication, Délégation interministérielle à l’Aménagement et à la Compétitivité des territoires, Assemblée des Communautés de France, Dexia-Crédit local, communautés d’agglomération fondatrices du club des agglomérations pour la culture : Amiens Métropole, communauté d’agglomération d’Annecy, Clermont Communauté et Rennes Métropole),ce vaste travail constitue la première grande enquête nationale sur l’investissement culturel des intercommunalités en milieu urbain et rural. Elle a été réalisée par une équipe de chercheurs en science politique, placée sous la direction d’Emmanuel Négrier (CNRS ­ CEPEL Université de Montpellier) et de Philippe Teillet (PACTE ­ IEP de Grenoble), assistés par Julien Préau (CEPEL Université de Montpellier) et Alain Faure (CNRS – PACTE ­ IEP de Grenoble).
Emmanuel Négrier, Philippe Teillet, Julien Préau, Alain Faure, Intercommunalité : Le temps de la culture, Éd. de l’OPC, 2008

Lire la note de lecture sur l’ouvrage

Le site de l’Observatoire des politiques culturelles

Les élus et des professionels du Pays Marennes Oléron peuvent emprunter l’ouvrage auprès de Bruno Essard-Budail (05 46 47 16 81)